LA GASTRONOMIE SOLIDAIRE

UNE INITIATIVE DESTINÉE A FAIRE TACHE D’HUILE

La Compagnie Médaille Rabelais

lance « GASTRONOMIE  SOLIDAIRE »        

Dédiée à la dégustation/labellisation et à la défense des consommateurs, la « Compagnie Indépendante des Concours Internationaux – Médaille Rabelais », a notamment pour objet : « … de contribuer à la lutte contre la faim dans le monde et d’apporter son aide matérielle et financière aux organismes prenant en charge l’assistance aux plus démunis ».
              « Parce qu’il serait impensable de se consacrer à la qualité de la nourriture en oubliant ceux qui peinent à se nourrir ».

Comment ?  En consacrant une partie des revenus des concours de dégustation/labellisation au soutien des association et organismes dédiés à la lutte contre la faim, en France et dans le monde.

 

 Art de la dégustation et devoir d’entraide.

Pour Pierre Rufin, président de l’association, comme pour René-Louis Thomas, créateur du Mondial Rabelais, il s’agit de valider l’idée, d’adapter le concept au fonctionnement de chaque partenaire, de montrer l’exemple, puis de faire tache d’huile en fédérant progressivement les associations et institutions publiques ou privées organisant des concours de dégustation labellisant des produits alimentaires et gastronomiques, ou organisant des championnats de cuisine ou de pâtisserie.

L’initiative a été lancée lors de la présentation officielle du Mondial Rabelais du Saucisson – Mondial Rabelais Junior, depuis le vineum Jaboulet de Tain l’Hermitage.
 

René-Louis Thomas, créateur du Mondial Rabelais : « dans un premier temps, c’est un engagement de principe qui sera demandé, car l’extrême diversité des structures et des possibilités financières très variables exigent une période de concertation et d’adaptation. Mais c’est le premier pas qui compte ! »

           

Info presse novembre 2019

GASTRONOMIE SOLIDAIRE ET « COEFFICIENT DE CONFIANCE »
AU MENU 2020 DE L’ACADÉMIE ARDÉCHOISE DU SAUCISSON

Créatrice du « Mondial Rabelais », premier concours international de dégustation/labellisation uniquement dédié aux consommateurs, L’Académie Ardéchoise des Amateurs de Saucisson s’est réunie le trois novembre dans le petit village de Plats, sous l’autorité de son « recteur », René-Louis Thomas.
              Une douzaine d’académiciens avaient fait le déplacement en Ardèche (où ils ont découvert la « maôche »), la grande majorité participant aux débats en visioconférence.
              De son côté, Jean-Eudes Haeringer coordonnait depuis New York les académiciens-ambassadeurs de onze pays relevant de la « civilisation du saucisson ».
            Trois sujets essentiels ont été abordés : l’organisation du concours 2020, le projet de gastronomie solidaire et l’application du « coefficient de confiance » aux travaux des jurés.

MONDIAL RABELAIS 2020
              
Sur proposition de Pierre Rufin, président de la Compagnie Médaille Rabelais, il a été décidé à l’unanimité que le concours 2020 se tiendrait de préférence en Auvergne-Rhône-Alpes au printemps ou à l’automne, la cité organisatrice étant choisie fin mars, notamment en fonction de la qualité d’accueil du jury, pierre angulaire de la manifestation.
               Grande première l’an prochain, le Mondial Rabelais du Saucisson sera doublé du Mondial Rabelais Junior, présidé par la parisienne Noa Olivennes, qui sera assistée de deux professeurs de charcuterie  et de Régis Marcon, président des Bocuse d’or.

GASTRONOMIE SOLIDAIRE
              
Pour René-Louis Thomas et ses amis, « il est impensable de se consacrer à la qualité alimentaire sans penser à ceux qui peinent à se nourrir » et les bénéfices de la manifestation seront reversés à des organismes dédiés à l’entraide alimentaire.
                L’Académie renouvelle son appel à tous les organisateurs de concours de dégustation, de gastronomie, de championnats de cuisine ou de pâtisserie, afin qu’ils consacrent une partie (même modeste) de leurs gains à cette cause, dans le cadre du Mouvement Gastronomie Solidaire.

CONFIANCE DES CONSOMMATEURS
              
Même si prime le Goût, le Mondial Rabelais applique un « coefficient de confiance » à la notation des jurés. Il est calculé en fonction de l’honnêteté et de l’exhaustivité des renseignements fournis par les producteurs-concurrents, notamment en matière d’origine, de conditions d’élevage, d’abattage et de transformation, d’utilisation d’additifs et de respect des bonnes pratiques.
                Bien qu’appliquée avec compréhension, par exemple en ce qui concerne les véritables secrets de fabrication, la procédure a rebuté certains industriels qui ne l’acceptent pas. Pour Jean-Victor Joubert, académicien fondateur intraitable sur la question : « ils s’éliminent eux-mêmes et simplifient les opérations de présélection ! »
                Même le Service de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes estime que le Mondial Rabelais se montre peut-être un peu trop intransigeant, notamment en matière d’origine et de traçabilité, mais c’est ce qui fait tout son intérêt, car « il s’agit de tirer vers le haut, ensemble, consommateurs avisés et bons producteurs, pour plus de confiance et de plaisir partagés ».

                                                                     

 

En gardant le sourire:

Vue sur scoop!
CLIQUER:

affiche tiercé cochons